Retrait gonflement des argiles

 

Un sol argileux change de volume selon son degré d’humidité comme le fait une éponge : il gonfle avec l’humidité et se rétracte avec la sécheresse. En période de sécheresse, les sols argileux affleurants induisent des tassements différentiels du sol qui se manifestent par des désordres affectant principalement le bâti individuel. Ces phénomènes apparaissent à l'occasion de sécheresse. Ils constituent, de manière générale en France, le 2ème poste après les inondations en terme de coût d’indemnisation.

Schéma RGA

Sur le territoire du département de la Marne, 44 arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle ont été signés entre 2003 et 2019 au titre des mouvements de terrains différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols. 31 communes sur les 613 que compte le département ont été reconnues en état de catastrophe naturelle depuis 2003. 26 autres communes, non reconnues en état de catastrophe naturelle, ont également bénéficié d'indemnisations.

La prise en compte de la sensibilité du sol au phénomène de retrait-gonflement est essentielle pour maîtriser le risque. C'est le sens des dispositions de l’article 68 de la loi ELAN du 23 novembre 2018. Le décret du conseil d’Etat n°2019-495 du 22 mai 2019 a créé dans le code de la construction une sous-section 2 « Prévention des risques de mouvement de terrain différentiel consécutif à la sécheresse et à la réhydratation des sols » qui prévoit la réalisation d'études géotechniques pour identifier la présence éventuelle d’argile gonflante au droit de la parcelle, avant toute vente de terrain constructible et avant toute construction. Ces dispositions s’appliquent pour les zones d’exposition moyenne et forte.

Dans la Marne, 302 communes sont exposées à une exposition forte et 106 à une exposition moyenne au risque retrait gonflement des argiles.

Tous les éléments sur le retrait gonflement d’argile sont accessibles sur le site :

https://www.georisques.gouv.fr/risques/retrait-gonflement-des-argiles