Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation : Appel à projets 2021

 
 
Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation: Appel à projets 2021

Le Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (FIPDR) en 2021 s’inscrit dans le cadre des orientations prioritaires de la stratégie nationale de prévention de la délinquance 2020 – 2024 adoptée par le Gouvernement.

I. Les orientations prioritaires du FIPDR 2021

Les actions présentées devront s'inscrire dans le respect des valeurs de la république et de la laïcité.

1/ Agir plus tôt et aller plus loin dans la prévention au profit des jeunes

Les actions financées doivent, selon une logique de prise en charge individualisée, s’adresser aux jeunes afin d’éviter les ruptures de suivi, et s’inscrire dans le cadre des groupes opérationnels des conseils intercommunaux ou locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD et CISPD) dédiés à la mise en œuvre de ce programme d’actions.

À ce titre, les actions financées doivent se concentrer, en matière de prévention, sur le public âgé de moins de 15 ans.

Les actions financées dans ce cadre auront vocation à éviter le basculement ou l’enracinement dans la délinquance en proposant aux jeunes concernés des parcours personnalisés d’insertion sociale et professionnelle. Seront donc éligibles, par exemple :

  • les actions de prévention primaire sur quelques champs comme la sensibilisation des acteurs, l’éducation aux médias et à l’information
  • les actions en direction des familles, notamment celles qui soutiennent l’exercice de l’autorité parentale dans les actions de prévention auprès des jeunes

2/ Les actions visant à engager une démarche « aller vers » les personnes vulnérables pour mieux les protéger

Ces actions sont destinées à s’engager dans une démarche du « aller vers » les personnes les plus vulnérables, les publics les plus fragiles et les plus isolés. Les actions doivent s’adresser notamment aux personnes âgées, aux personnes en situation de handicap, aux femmes victimes de violences, aux mineurs exposés et en danger, aux victimes de discrimination ». Les actions s’inscrivent dans une double approche : préventive par l’information et pro-active par l’identification des personnes invisibles.

Les actions financées doivent suivre une logique de prise en charge globale et renforcée des potentielles victimes notamment en direction des victimes de violences intrafamiliales.

Seront également éligibles les actions améliorant sensiblement la prise en charge des potentielles victimes en amont et celles consolidant des actions individualisées en direction de ce public.

Le financement de postes d’intervenants sociaux et les permanences d’associations en commissariat de police ou en gendarmerie fera l’objet d’une attention toute particulière, en partenariat avec d’autres financeurs.

 

3/ Les actions visant à s’appuyer sur la population en tant qu’acteur de la prévention

Seront financées à ce titre les actions inscrivant la population en tant qu’acteur de la tranquillité publique, notamment dans le cadre des démarches participatives.

Seront notamment éligibles au financement les actions favorisant cette participation, renforçant l’action de la médiation sociale (notamment la nuit), facilitant les actions de rapprochement entre la population et les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie nationale, services de secours, police municipale).

Les projets s’inscrivant dans le cadre d’un schéma de tranquillité publique seront éligibles au titre du FIPDR 2021, notamment la sécurisation des sites sensibles et des établissements scolaires, l’équipement des polices municipales et la vidéo protection de voie publique ainsi que son articulation avec la présence de la médiation sociale.

Seront également éligibles les actions impliquant des acteurs du milieu sportif et du monde de l’entreprise où les dérives radicales et le repli communautaire peuvent menacer le respect des principes républicains et de facto la cohésion sociale dont ces principes sont porteurs.

 

II. Prévention de la radicalisation

Un appel à projet spécifique sur les actions de prévention de la radicalisation sera diffusé dans un second temps. Il s’inscrira dans les orientations du plan national de prévention de la radicalisation présenté le 23 février 2018 ainsi que dans la stratégie nationale de prévention de la délinquance 2020 – 2024 adoptée par le Gouvernement mais également dans le cadre de la lutte contre les séparatismes.


Consulter les modalités de dépôt des projets

Consulter l'appel à projets